Ne ratez pas

Road Trip au Myanmar – Mars 2017

Petit article de notre road trip au Myanmar (ou Birmanie) en mars 2017. A cette occasion nous avons partagé un bout de notre voyage avec nos amis qui étaient eux en tour du monde et c’était vraiment sympa ! ENJOY !

NOTRE PARCOURS EN 2 SEMAINES

Avant de rentrer dans le détail de notre road trip, je vous invite déjà à consulter la carte de nos points de passage.

Nous avons commencé par Rangoon, la capitale économique du pays pour ensuite rejoindre Bagan, où nous avons pu admirer les temples et les montgolfières, via un vol interne. De Bagan nous avons rejoint Kalaw où nous avons fait un petit trek dans les montagnes. Nous avons ensuite rejoint le magnifique Lac Inle (notre coup de cœur) où nous avons pu admirer les pêcheurs avec des techniques traditionnelles. Et enfin pour finir nous avons rejoint la campagne de Hpa-an où nous avons pu profiter en scooter de la campagne birmane, de ses grottes et ses paysages magnifiques ! Bien que les trajets étaient parfois sportifs (avec notamment un 15 heures de bus) deux semaines étaient selon nous suffisants. Plus de détails et quelques photos en suite d’article !

LML-Birmanie map 2017

Voici un tableau récap pour vous situer un peu plus le périple :

INFOS PRATIQUES

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Budget

Environ 1200€ par personne comprenant le billet d’avion (600€ aller-retour) et un vol interne Rangoon/Bagan (110€). Ce budget global inclus TOUT : les nuits, les retraits d’argent, la bouffe et les loisirs (location de scooter, virée en bateau…).

Pour la monnaie utilisée, nous avons fait une partie en Kyat pour le quotidien et une partie en dollars pour les guest house / hôtels.

Infos en vrac

  • Connexion internet : on en trouve partout sans problème par contre elle n’est pas toujours très rapide !
  • Réservation en avance ou sur place ? Nous avons pour ce trip réservé en avance mais parce que nous avons rejoint nos amis et donc nous voulions absolument dormir au même endroit. Cependant à deux, en réservation sur place cela se fait bien mise à part Hpa-an et Bagan pour être le mieux situé possible. De bons backpackers n’ont évidemment pas à se soucier des réservations, on trouve de la place partout.
  • Boire de l’eau en bouteille éviter les crudités rincées à l’eau : évidemment nous sommes en Asie donc il faut bien prendre ses précautions mais là encore plus ! Madame a été malade (mais alors bien comme il faut !) car elle a mangé une salade de concombre rincé à l’eau….. du lac Inle :-).

NOTRE VOYAGE JOUR APRÈS JOUR

  • Jour 1 : Bienvenue à Rangoon

Atterrissage à 5h du matin. Une fois la douane passée et les bagages récupérés, change de monnaie à l’aéroport: ce sera une partie en dollars (pour l’hébergement) et l’autre en monnaie locale, le kyat. Arrivés à notre hôtel, le Merchant Art Boutique Hotel, nous récupérons une chambre moyennant un extra de $20; il est 6h45.

Quelques heures de sommeil et nous partons visiter le quartier. Pas de doute, nous sommes bel et bien en Asie! Les échoppes partout dans les rues regorgent de légumes, fruits, fleurs, viandes, poissons et condiments. Les chiens errent à la recherche de restes ou dorment, écrasés par la chaleur du soleil, sous les voitures et les étals.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Nous déambulons à travers les odeurs et les couleurs, observés au moins autant que nous-mêmes observons. Quelques arrêts, quelques photos et vidéos avant d’arriver à l’artère principale menant à l’impressionnante pagode Shwedagon. Nous continuons notre chemin vers le lac Kandawgyi, où nous nous arrêtons manger notre premier déjeuner birman sur le bord de la route. La dame que nous avons face à nous ne parle pas un mot d’anglais.. nous lui montrons donc l’assiette d’un monsieur assis là pour lui demander la même chose: un mélange de riz, d’épices, de pois et arachides grillés, d’algues hachées très finement et, dans un petit bol à part, un bouillon de poisson très salé. Au moment de partir, une petite fille parlant quelques mots d’anglais nous apprend les bases du birman: bonjour, merci.

Nous rejoignons le parc qui entoure le lac où nous nous promenons tout l’après-midi. Nous croisons très peu de touristes étrangers en cette première journée, ce qui n’est pas pour nous déplaire! A 16h, nous retournons vers notre hôtel pour retrouver nos amis, la Globe Trotter Family, partis en tour du monde depuis plus de 6 mois déjà avec leurs deux enfants. Les retrouvailles font chaud au coeur ! Ensemble, nous allons à la Paya Shwedagon profiter du coucher de soleil qui fait briller le stupa d’or de 100 mètres de haut. Le site est rempli de temples, de statues de Bouddha et de fidèles qui prient. Certains s’alignent et balaient ou passent comme de très grandes serpillères sur le sol en faisant le tour du stupa ; ces mouvements aideraient à la méditation. A la nuit tombée, des dizaines de bougies sont allumées tout autour de la pagode et confèrent au lieu une atmosphère très sacrée et paisible.

Après avoir déambulé pendant 2 bonnes heures et discuté tout autant, nous allons profiter de notre premier dîner de retrouvailles dans un très bon resto indien.

  • Jour 2 : Centre-ville de Rangoon

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

En début de matinée, départ pour le marché Bogyobe Aung San, dans le centre de la ville. Il s’agit d’un vaste marché couvert où l’on trouve plus de 2000 échoppes. Textiles, bijoux, laques, le choix est vaste, mais personnellement nous préférons les marchés agités de rue. Ici, c’est une succession de petites boutiques où l’on retrouve toujours la même chose; c’est pour nous un peu décevant.

Nous déambulons ensuite à travers les rues de la ville pour atteindre la Sule Pagoda. Sur le chemin, nous passons un très joli passage piéton permettant de traverser l’une des artères principales de Rangoon : des ombrelles de toutes les couleurs sont suspendues au-dessus de nos tête et le passage donne une jolie vision en hauteur de la pagode.

A proximité de Sule Pagoda, de beaux bâtiments hérités de la période coloniale, tels que la mairie (City Hall) – gigantesque bâtiment d’un blanc immaculé sur lequel flotte le drapeau national- et l’église baptiste Immanuel.

Nous profitons d’une pause à l’ombre dans le jardin Mahabandoola, au centre duquel se tient le monument de l’indépendance avant d’aller manger dans la rue du même nom. Puis nous poursuivons notre balade, profitant ça et là de l’architecture, des vendeurs ambulants, et de l’atmosphère birmane. Nous finissons par nous arrêter dans une maison de thé pour un petit goûter avant de repartir vers le Ministers Office. Cet énorme bâtiment de briques rouge – ancien centre du pouvoir britannique – a sûrement été très beau. Malheureusement, à l’abandon depuis des années et aujourd’hui en rénovation, on n’en distingue pas grand chose, d’autant qu’on ne peut y pénétrer. Dommage! Nous rentrons en taxi vers notre hôtel, lorsque sur la route, un bateau magnifique posé sur le lac Kandawgyi retient notre attention. Le chauffeur accepte de nous déposer quelques minutes, le temps de prendre des photos. Il s’agit en fait du palace Karaweik

De retour à l’hôtel, nous profitons d’un repas en amoureux sur le rooftop, bercés par les prières chantées dans la pagode Shwedagon illuminée et sur laquelle nous avons une vue imprenable.

  • Jour 3 : En route pour Bagan

Après un bon petit-déjeuner, nous prenons le taxi pour l’aéroport où notre vol en direction de Nyaung-U est prévu pour 10h. Mais à notre arrivée le vol prévu à 6h30 embarque seulement. On s’imagine très vite attendre de longues heures à l’aéroport… mais finalement, nous embarquons à peu près à l’heure et arrivons avec à peine 1 heure de retard. Le vol Myanmar Airways opéré par KBZ est agréable et rapide; un encas, du thé et des bonbons nous y sont même proposés.

Arrivés à Nyaung-U, un taxi nous dépose à notre guesthouse, Aung Su Pyae. Basique mais propre et une literie agréable. Nous retrouvons nos amis arrivés quelques heures auparavant par le bus de nuit ainsi que de la famille en voyage depuis plusieurs semaines. Comme on dit, le monde est petit !

Nous nous posons pour un déjeuner tous ensemble avant d’enfourcher nos e-bike – comprenez scooters électriques – loués pour l’après-midi. La découverte des fameux temples de Bagan peut commencer ! Le sentiment de sérénité ressenti dès notre sortie de l’aéroport se confirme : les lieux sont vastes, calmes et la multitude des temples et stupas confère au lieu une ambiance unique. Nous entamons notre découverte de la plaine en montant à la Shwesandaw Pagoda, en haut de laquelle nous resterons un bon moment contempler le paysage.

Le soir, perchés sur une autre pagode aux alentours, nous profitons de notre premier coucher de soleil.

  • Jour 4 : Bagan I

Aujourd’hui, lever à 5h30 pour aller contempler notre premier lever de soleil sur la plaine de Bagan. Nous attendons cela avec impatience, les images de la brume embrassant les temples et des montgolfières surplombant les paysages trottant dans nos esprits depuis que nous préparons ce voyage.

Direction le temple Bulethi. Là, des personnes sont déjà assises, attendant comme nous le grand spectacle.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pendant plus d’une heure, les yeux (et les appareils photos) écarquillés, nous observons le ciel changer de couleur, le soleil s’étirer lentement au-dessus de dizaines de stupas et les fameuses montgolfières prendre de la hauteur.

Les premiers rayons de soleil chauffent tendrement nos visages tandis que nous profitons de ce spectacle mémorable. Seul petit bémol au tableau : l’affreuse tour Nan Myin qui se tient au beau milieu de cette plaine millénaire. Il s’agit en réalité d’un hôtel à vue panoramique mais son architecture jure cruellement avec les temples historiques éparpillés tout autour. Cette tour empêcherait d’ailleurs Bagan d’être inscrit à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO…

Après ce beau début de début de journée (eh oui, il est encore bien tôt!), nous repartons à la guest pour un petit déjeuner bien mérité. Tandis que nos amis vont profiter de quelques heures de sommeil supplémentaires, nous voilà repartis en scooter en direction d’Old Bagan. Nous visitons le temple Thatbyinyu, malheureusement bien abîmé par le tremblement de terre d’août 2016, comme de nombreux autres temples de Bagan. Nous en faisons le tour, croisant au passage un groupe de jeunes moines qui, mi-amusés mi-intrigués demandent à prendre des photos. Ce n’est pas la première fois que les Birmans nous demandent des photos, et ce ne sera pas non plus la dernière. Ici, les étrangers sont parfois une curiosité et il n’est pas rare de se retrouver au milieu d’une photo de famille, d’amis, ou d’un selfie!

Après cela, nous continuons à nous promener à travers les sentiers de sable avant de rejoindre la Globe Trotter Family pour déjeuner. Nos forces retrouvées, nous partons tous ensemble déambuler à scooter à travers les nombreux chemins de sable et de terre. Des photos, des culs de sac et des demis tours plus tard, nous tombons sur une petite maison isolée entourée de plusieurs temples. Ici, une vache et son petit paissent tranquillement, des poules et poussins se baladent, et des chevaux attendent d’être préparés pour tirer leur attelage. Les lieux sont paisibles et nous restons un bon moment, échangeant quelques mots avec la famille qui vit ici. En repartant nous croisons une autre famille et assistons, épatés, à la montée du père de famille sur un cocotier à l’aide d’une échelle de bambou. Perché tout en haut de son arbre, il coupe le bout d’une branche et en récupère le “jus” qu’il nous fera goûter une fois redescendu. L’échange étant compliqué, nous n’avons pas bien compris s’ils l’utilisaient pour la cuisine ou autre chose en particulier. En tous cas, ce n’était pas extra, mais pas mauvais non plus et nous n’avons pas été malade après avoir goûté !

La poursuite de la route se fait à travers des chemins de traverse jonchés de détritus de plastiques tout simplement entassés ou à moitié brûlés. Cette situation catastrophique se confirmera malheureusement à travers tout le pays, même dans les lieux les plus reculés, le Myanmar ne disposant d’aucun système de gestion et de tri de déchets…

Pour finir la journée, direction Law Ka Shaung pour un nouveau coucher de soleil, sous les nuages cette fois-ci!

  • Jour 5 : Bagan II

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Nouveau lever aux aurores pour tenter d’observer un soleil toujours caché derrière les nuages. Après le petit-déjeuner, nous visitons quelques temples très prisés par les pèlerins et les touristes, tels que l’Alotawpyi et l’Ananda.

Puis nous prenons la direction d’Old Bagan pour voir la Bu Paya. Il y a du monde et nous trouvons les lieux bien moins agréables qu’à Nyaung-U où nous résidons.

En quittant cette partie de la ville, nous nous arrêtons au Mimalaung Kyaung. Nous y rencontrons une très agréable et jolie jeune femme et son bébé qui vend quelques souvenirs devant les temples. Nous apercevons une autre jeune femme dans une tenue traditionnelle particulièrement travaillée en train d’être prise en photo ; il s’agit en réalité d’une jeune mariée et de son photographe. Nous assistons à la photo de famille et en profitons pour capturer ce beau moment. Après quelques échanges en anglais, un essai de tanaka et de nouvelles photos, nous partons pour New Bagan où nous nous arrêtons pour déjeuner. Le San Thi Dar Restaurant est une belle surprise ! Le curry typique du Myanmar, la salade d’avocat, tout y est très bon ! Qui plus est, la famille qui tient ce restaurant est adorable ; elle nous renseigne sur les magasins de laques alentours et offre un décapsuleur taillé dans du bois) en guise de souvenir aux enfants Une très bonne adresse que nous recommandons !

En partant, nous nous arrêtons donc chez Mya thaw Tar, laquerie familiale tenue par un ami du restaurateur où nous avons déjeuné. Les produits sont certes chers mais d’une grande qualité et faits main bien sûr. Sachez qu’il est possible si vous le souhaitez, de profiter d’une visite guidée gratuite pour en savoir plus sur les matériaux et modes de fabrication de ces laques.

Pour cette deuxième partie de journée, nous empruntons des chemins très peu fréquentés depuis New Bagan. Nous nous régalons de ces déambulations à travers la campagne birmane. De nombreux stupas ainsi que des temples jalonnent notre trajet, marqué ça et là par des arrêts photo… et chèvres :) Nous nous arrêtons un bon moment à la très belle pagode Dhamma-ya-za-ka dont les façades extérieures sont plutôt bien conservées et ornées de statues d’animaux fantastiques et Bouddhas semblables à nos gargouilles.

Nous reprenons ensuite la route bétonnée pour remonter vers Nyaung-U avec comme seul objectif de trouver un bon spot, peu touristique, pour profiter de notre dernier coucher de soleil. Nous y parvenons par un hasard très heureux : au loin, nous remarquons un homme niché sur un petit temple avec un guide. Nous les rejoignons et profitons de ce lieu avec un vue superbe sur la plaine et ses temples, avec, en prime, un ciel qui se dégage quelques minutes pour nous permettre d’admirer le soleil couchant : le bonheur !

 

  • Jour 6 : En route pour Kalaw !

En tout début de matinée, le bus passe nous prendre à notre guesthouse et nous dépose à la bus station. C’est parti pour 8 heures de route en direction de Kalaw. Le trajet se passe bien malgré les routes tortueuses à travers la montagne. Le film “Il faut sauver le soldat Ryan” diffusé dans le bus aura bien aidé à faire passer le temps ! Vers 11h, halte déjeuner express : 30 minutes, montre en main.

Nous arrivons à Kalaw sur les coups de 13h et rejoignons notre hébergement, le Railroad Hotel, en une petite quinzaine de minutes à pied. Les lieux sont paisibles, un feu de camp est installé dans le jardin et quelques transats de bambou installés autour appellent à la détente.

Les affaires déposées, nous repartons dans le centre de la ville pour trouver un itinéraire et un guide pour le lendemain. Nous nous arrêtons dans la première boutique où l’on nous apprend qu’une grande fête religieuse commence demain et qu’il y a donc peu de guides disponibles. Eux en tous cas n’en ont plus. Nous continuons donc notre route et nous arrêtons à l’Eagle Trek où l’on nous propose deux trajets à faire facilement avec les enfants. Après négociation des tarifs et renseignement auprès d’une deuxième agence, nous confirmons notre trek avec l’Eagle, charmés par la gentillesse d’Axel, le jeune homme qui nous a renseignés et qui sera notre guide. Contents de notre réservation et affamés, nous nous rendons au restaurant népalais Everest Nepali, repéré à notre arrivée dans Kalaw. Dhal, curry, chapati, tout y est excellent, même si les portions sont un peu chiches pour des bons mangeurs. De quoi rentrer néanmoins ravis et passer une bonne nuit !

  • Jour 7 : Rando à Kalaw

Bien reposés, nous profitons de l’excellent petit déjeuner de notre guest (les pancakes y sont incroyablement bons!!) avant de nous rendre à l’Eagle Trek où nous retrouvons Axel. C’est parti pour une journée de marche dans les montagnes birmanes !

Le trajet ne sera pas difficile; il n’y a que peu de dénivelé et le soleil brille. Le vent lui, souffle juste ce qu’il faut pour prendre soin de nous rafraîchir sans nous donner froid. Nous marchons tranquillement et les enfants suivent sans problème. Sur le chemin, Axel – qui parle très bien anglais – nous explique notre environnement : les plantations de thé et de mandarines, les arbres fruitiers, les animaux qui vivent ici… Bien sûr nous sommes curieux de sa vie ici, au Myanmar, et échangeons avec lui sur sa vision du développement du tourisme dans le pays, le fonctionnement de la société birmane, les relations entre les différentes ethnies et religion qui la composent, etc. Cette journée avec ce jeune homme passionné de chanson et d’art est très agréable; pour la première fois depuis notre arrivée nous pouvons échanger véritablement avec un Birman, et c’est top !

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Après plusieurs heures de montée, nous arrivons au point de vue où un déjeuner somptueux nous attend : chapatis, légumes, soupe de dhal, et une quantité impressionnante de fruits en tous genres. Nous avons même droit à une deuxième tournée !

Autour de nous, d’autres touristes qui se restaurent, mais aussi des enfants d’ici qui alternativement servent les tables, s’amusent entre eux et jouent avec des chiots qui s’aventurent où ils peuvent autour de nous.

Le ciel se couvre et nous restons à l’abri le temps de voir se dissiper la pluie maintenant battante. Une fois l’averse passée, nous entamons notre chemin retour qui prendra un peu plus de deux heures. C’est plus difficile pour les enfants qui commencent à fatiguer mais, en vrai petits aventuriers qu’ils sont, ils iront jusqu’au bout sans trop râler !

De retour à la guest, les enfants sont cuits et nous, nous avons aussi bien envie de nous reposer un peu. Ce sera donc apéro-mojito autour du feu de camp pour les adultes et dessin animé-cacahuètes dans la chambre pour les petits ! Après ce bon moment, nous partons pour un “burger-frites” promis aux petits… et qui est fermé au moment où l’on arrive devant !

On se rabat sur un resto tenu par un italien marié à une birmane et qui propose aussi des burgers : entre le temps d’attente très long, les erreurs dans les commandes et deux morceaux de poulet pas frais, disons le, la déception est de taille.. Le curry du midi était bien meilleur !

  • Jour 8 : C’est parti pour Inle !

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pour cette dernière matinée à Kalaw, notre ami n’est pas très bien à cause du poulet pas frais mangé la veille… Il reste donc avec les enfants et c’est à trois que nous allons arpenter les allées pleines de couleurs et d’odeurs du marché de Kalaw. Ce n’est pas aujourd’hui le marché des 5 jours mais le marché classique, celui de tous les jours. Sur les étals, quelques objets pour les touristes mais principalement des fruits, légumes, arachides et épices de toutes sortes ainsi que, bien sûr, de la viande et du poisson. Plusieurs marchands proposent à manger et cela est tentant ! Mais nous prenons le train à 13h et avons donc prévu de prendre des encas avec nous. Nous cherchons donc un petit restaurant qui pourra nous préparer un take-away à manger dans quelques heures. La seule chose que nous trouverons finalement sont des sandwichs (frais et qui s’avèreront très bons!), accompagnés de chips et autres brioches dénichées dans la supérette du coin.

Après ce petit tour au coeur de l’activité de la ville, nous récupérons nos sacs à la guesthouse et nous rendons à la gare ferroviaire située à quelques centaines de mètres seulement.

A notre arrivée, nous trouvons l’agent qui, tant bien que mal, nous fait comprendre que notre train – l’unique de la journée – à 2 heures de retard. Le trajet vers Inle durant 3 heures, nous décidons d’opter pour un plan B, trop inquiets à l’idée que ce retard ne s’allonge encore et que nous ne puissions profiter comme il se doit de cette belle après-midi dans le petit plaisir du voyage : la piscine de notre hôtel à Inle !

C’est donc les sacs à dos bien calés sur les épaules et les déjeuners à la main que nous repartons à pied dans le centre de Kalaw, à l’endroit même où nous a déposé le bus deux jours plus tôt. A notre arrivée, les négociations s’entament avec les chauffeurs de taxi qui proposent de nous emmener jusqu’à Inle. Mais le prix proposé est élevé. Nous patientons donc jusqu’à voir se garer un minibus local qui dépose quelques passagers. On trouve rapidement un accord avec le “chef” et ni une ni deux, nos sacs sont fixés sur le toit de la voiture – à côté d’un jeune homme qui restera perché là-haut tout le long du trajet probablement pour éviter que quelque chose ne tombe !

Finalement, au lieu des 3 heures annoncées dans le Lonely, le trajet jusqu’à Shwenyaung ne prendra qu’une heure et demie. Il faut dire que notre chauffeur n’est pas du genre à patienter calmement derrière les bus, charrettes et autres véhicules lents. Le pied sur l’accélérateur, il rend le trajet sportif… mais rapide!

A Shwenyaung, nous nous entassons tous les six dans un taxi pour finir les quelques kilomètres qui nous séparent de Nyaungshwe, la petite ville au nord du lac Inle. Le conducteur s’arrête à l’entrée de la ville pour nous faire prendre nos tickets pour la zone du lac avant de nous déposer à notre hôtel.

Les chambres récupérées, les maillots de bain sont rapidement enfilés pour profiter de la piscine encore ensoleillée. L’eau est froide mais qu’importe, cela ne nous arrêtera pas, surtout les enfants qui s’entraînent aux bombes, plats et autres plongeons.

Après cette pause, nous sortons pour trouver un batelier qui pourra nous faire faire le tour du lac et pour manger. Nous nous arrêtons au premier coin de rue vérifier la carte de la ville lorsqu’un homme à vélo s’arrête pour nous demander ce que l’on cherche. Après avoir échangé quelques phrases, il nous explique qu’il a lui-même un bateau et se propose d’être notre guide pour le lendemain. Nos conditions : un prix correct et surtout, un itinéraire non-touristique ! Ne souhaitant pas passer notre temps dans les ateliers et lieux où sont déposés tous ceux qui viennent à Inle pour découvrir et acheter des souvenirs, nous discutons des itinéraires possibles. Nous nous mettons finalement d’accord et nous donnons rendez-vous pour le lendemain matin.

Ravis de cette rencontre inattendue nous partons vers le Innlay Hut Indian Food, dont les commentaires dithyrambiques de TripAdvisor ont attiré notre attention. Nous arrivons à temps pour occuper la dernière table disponible. Le lieu est incongru : petit, avec 6 ou 8 tables, des posters – en particulier d’Eminem – au mur et en fond sonore, du rap – là encore, Eminem ! On comprend vite la passion du serveur – qui tient le restaurant familial – pour le rappeur américain : t-shirt à son effigie, bonnet vissé sur la tête, démarche chaloupée et phrasé digne d’un rappeur, tout y est. Cela nous a fait sourire mais pas autant que sa bonne humeur et sa sympathie !

Par contre ici, il ne faut pas être pressé : la commande est prise après un bon moment d’attente et le service prendra lui aussi plusieurs dizaines de minutes. Mais nous serons largement récompensés pour l’attente : butter chicken, dhal, palak paneer, tout ici est absolument divin ! Les saveurs s’entremêlent parfaitement et c’est un véritable bonheur gustatif : de loin le meilleur indien que nous ayons mangé en France ou ailleurs dans le monde ! A tel point que nous décidons d’y revenir le lendemain, pour notre dernière soirée avec la Globe Trotter Family.

  • Jour 9 : Découverte du Lac Inle

Aux alentours de 7 heures, nous retrouvons notre guide du jour devant notre hôtel. Il est toujours à vélo et nous indique donc de le suivre jusqu’aux docks. Là, des dizaines de pirogues colorées sont rangées les unes à côté des autres. Nous le suivons tour à tour en prenant garde de ne pas tomber à l’eau alors que nous enjambons une barque pour atteindre la sienne. Tout en longueur, la pirogue est agrémentée de 5 chaises en bois, de couvertures et de parapluies.

Pendant plus d’une heure, nous descendons le lac, profitant de nuées d’oiseaux et du spectacle de pêcheurs et ramasseurs d’algues aux méthodes pour nous inconnues.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Nous entrons ensuite sur une zone du lac dédiée aux plantations. Notre guide nous explique que certaines algues spécifiques sont remontées pour servir d’engrais aux plants de tomates. C’est impressionnant de voir ces petits lopins de terre tenir sur le lac ; la chance à des plantes flottantes sur lesquelles nous faisons le test de nous mettre debout. Après ce joli moment à travers les plantations et leurs travailleurs, nous rejoignons un village où se tient aujourd’hui le marché des 5 jours. Nous avons entendu parler de ce marché auquel se rejoignent toutes les ethnies des montagnes alentours.

Pourtant, nous serons déçus; il ne s’agissait lors de notre visite que d’innombrables stands à touristes. Ici pas d’authenticité, de produits frais, locaux, mais des souvenirs encore et encore. Mais peut-être sommes-nous arrivés un peu trop tard dans la matinée. Après à peine trente minutes, nous repartons avec notre guide plus au sud du lac.

Sur le chemin, nous faisons une halte dans un atelier de travail de l’argent. Une jeune femme nous récite son texte sur la provenance et l’utilisation de l’argent ainsi que sur les méthodes de fabrication des bijoux à partir de cette matière. Nous faisons un rapide tour de la boutique qui jouxte l’atelier et repartons.

Bien qu’intéressant sur le fond, ce type d’atelier n’est pas vraiment notre tasse de thé car il y a peu d’échange. En tant que touriste, vous êtes surtout là pour acheter, ce que l’on peut parfaitement comprendre mais qui ne correspond pas du tout à ce que l’on recherche. Mais notre guide l’a bien compris et nous emmène pour la suite de la journée dans des lieux plus éloignés et plus authentiques.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Nous poursuivons donc notre descente du lac jusqu’à un petit village. Les lieux sont quasi-déserts; deux hommes sont occupés sur la rive du lac et un bœuf est occupé à brouter de l’herbe un peu plus loin. Une femme vient à notre rencontre et nous invite à la suivre. Nous passons une place où s’est semble-t-il déroulé un marché la veille. Tout est paisible; nous croisons une vieille femme assise au sol à couper du bois, quelques poules, poussins et une charrette en bois.

Nous entrons dans une petite maison à l’intérieur de laquelle se trouvent deux femmes et un bébé de quelques mois seulement. On nous offre du thé et on nous invite à nous asseoir. La femme qui est venue nous chercher s’assied au sol face à un plateau de bois tournant et prend un morceau de glaise dans la main. Avec dextérité, elle forme un objet en se servant du plateau tournant comme base. En quelques minutes à peine, elle a formé un bol, une tasse et un petit récipient accompagné de son couvercle. Elle nous explique que ce qui est fait ici sèche au soleil – étant donné les températures, nous n’avons aucun mal à la croire ! – avant d’être peint à la main et cuit au four. Chaque objet nécessite ainsi 3 à 4 jours de travail. Nous écoutons attentivement, resservis régulièrement en thé par une vieille femme au regard bienveillant. Notre hôte propose ensuite aux enfants de s’essayer à la poterie, ce à quoi ils se livrent avec joie et concentration ! Nous partons à l’issue de cette chouette démonstration, un petit souvenir sous le bras. Les enfants se voient eux offrir une petite soucoupe chacun et ils sont ravis.

Après cette pause hors du temps, nous repartons sur le lac aux côtés de notre guide. Il s’arrête après quelques minutes dans un atelier de confection de tissus. Ici aussi, nous sommes seuls. Nous dérangeons d’ailleurs les travailleuses qui sont en train de déjeuner. Nous faisons le tour des machines à tisser, découvrons les cuves où est cuit le bétel qui servira à teindre les tissus d’une couleur rouge brique. Les autres couleurs, nous explique-t-on, sont chimiques.

Là aussi, l’hospitalité des birmans se fait ressentir; on nous offre du thé et des bonbons et nous en profitons pour discuter avec les patrons de l’atelier mais aussi avec notre guide, qui les connaît bien. Il faut dire qu’il connaît tout le monde sur le lac, où lui-même vit avec sa famille. Il nous parle de ses projets d’avenir, de son idée de créer un “tour typique” destiné aux touristes comme nous, qui veulent sortir un peu des sentiers battus, rencontrer et découvrir la vie des birmans qui vivent sur le lac Inle. Il est d’ailleurs déçu de n’avoir pas su avant que nous aimions manger local ; il nous aurait volontiers invité chez lui où sa femme aurait pu nous préparer un bon curry birman. Nous apprécions l’échange avec cet homme si sympathique; le hasard a vraiment souvent du bon dans les voyages !

Après cette dernière visite, il est déjà plus de 14h. Nous allons déjeuner dans un restaurant sur le lac puis rentrons à Nyaungshwe. A l’arrivée sur les docks, un groupe d’hommes joue au billard birman, qui est en réalité un billard au sol : un grand plateau carré de bois sur lequel sont placés des pions ronds qu’il convient de faire s’entrechoquer pour atteindre des trous placés aux coins du plateau.

De retour à l’hôtel, le programme est simple : piscine ! Pour ma part, je sens que mon erreur du midi – la commande d’une salade de concombre – va m’être fatale… Et en effet, à peine arrivée à l’hôtel, mon ventre et mon corps tout entier vont me faire mémoriser une bonne fois pour toute cette règle incontournable : pas de crudités en Asie !

  • Jour 10 : Journée détente à Inle & départ pour Hpa-An

Cette journée se résume pour moi à rester étalée sur transat, le corps bourré de médicaments en espérant pouvoir passer la nuit (15 heure de bus pour rejoindre Hpa-An) sans encombres. Le reste de la troupe est en mode détente, jeux dans la piscine et déjeuner à l’extérieur. Aux alentours de 16h, un pick-up vient nous chercher pour nous déposer à la gare routière. C’est l’heure des au-revoir avec nos amis, la Globe Trotter Family, qui continue son tour du monde.

  • Jour 11 : Découverte de la région de Hpa-An

Nous arrivons en tout début de journée dans le centre de Hpa-An. Nous trouvons notre pied à terre, le Galaxy Motel. Notre chambre n’est pas encore prête mais on nous invite à patienter en allant profiter du petit déjeuner.

Rassasiés, nous déposons nos affaires dans la chambre, apprécions une bonne douche rafraîchissante et repérons les points d’intérêt alentours. L’application Mapsme entre les mains, c’est bien sûr en scooter que nous allons profiter du reste de la journée. Après une brève pause lunch, direction le mont Hpa-Pu, que nous grimpons jusqu’en haut pour profiter d’une très chouette vue sur le coin ! Attention, la dernière partie de la montée s’apparente davantage à de l’escalade qu’à de la rando ! Ça se fait, mais la prudence est de mise ;-)

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Après avoir descendu le mont Hpa-Pu, nous roulons tranquillement à travers les villages où nous nous arrêtons prendre à boire et faire quelques photos. Puis nous allons à la grotte Yateak Pyan, où il existe encore des gravures représentant Bouddha collées aux parois. Les singes​ sont assez nombreux ici, mais ils semblent peu amicaux. Nous les regardons de loin de sauter dessus et observer les visiteurs de la grotte. Puis nous repartons tranquillement vers la grotte de Bayin Nyi. En chemin, les paysages sont époustouflants et nous prenons bien sur le temps de nous arrêter pour quelques photos.

Alors que l’après-midi touche à sa fin, nous reprenons la route pour atteindre la fameuse Bat Cave. Cette grotte est connue, comme son nom l’indique, pour les centaines de chauve-souris qui y vivent. À la nuit tombée, elles sortent à toute vitesse dans un bruit strident. Bien sur, l’accès à l’intérieur de la grotte n’est pas possible. L’attente se fait dehors, dos à celle-ci​, jusqu’à ce que des nuées de ces petites bêtes volantes vous surprenne.

Lors de notre venue, les chauve-souris étaient nombreuses à sortir, mais pas autant que nous avons pu le voir sur les vidéos de nos amis en tour du monde par exemple, venus ici il y a quelques semaines. Mais qu’importe, la nature ne se contrôle pas et c’est bien ce qui fait sa splendeur !

  • Jour 12 : Découverte de la région de Hpa-An II

Aujourd’hui c’est décidé, nous montons le mont Zwegabin ! On a lu que c’était épuisant mais que la vue imprenable à 723 mètres de hauteur en valait la peine. Nous nous levons donc de bonne heure et, après un bon petit déjeuner et le plein en bouteilles d’eau, nous sommes en route.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

A notre arrivée, nous traversons les jardins de Lumbini, dont les 1150 statues identiques et bien alignées de Bouddha lui confèrent une atmosphère particulière. Puis nous entamons notre montée des marches jusqu’au sommet, qui nous prendra environ 2h30. Nous prenons notre temps et nous arrêtons régulièrement boire, la forte chaleur venant  s’ajouter à l’effort physique. Mais heureusement, à cette heure-ci de la matinée, le chemin est partiellement ombragé. Arrivés au sommet, nous découvrons un petit monastère et un stupa. Mais le plus incroyable est bien sur la vue, absolument sublime !

Après avoir profité du paysage incroyable, nous nous installons dans une petite pièce, au frais, où des nattes de repos sont à disposition. Puis nous déjeunons ici avant de repartir. En ce début d’après-midi, avec la chaleur et le soleil oppressants, la descente est presque plus difficile que la montée ! On vous conseille donc vivement de prévoir la découverte du Mont Zwegabin très tôt le matin, pour que la montée comme la descente soient les plus agréables possibles :)

Notre scooter retrouvé, nous nous rendons à la grotte de Saddan. Après les routes principales, les pistes de terre rouge empruntées pour s’y rendre sont superbes ! Vous ressortirez bien poussiéreux mais le paysage est magnifique ! Connue pour sa taille immense (l’équivalent d’un terrain de football), nous n’avons pour autant pas trouvé la grotte de Saddan exceptionnelle. Sa sortie à l’autre extrémité, qui donne sur un petit lac, est elle, très jolie. Nous avions lu dans notre Lonely que nous pourrions peut-être persuader un pêcheur local de nous faire traverser une autre petite grotte à demi inondée dans le lac. Rassurez-vous, vos talents de négociateurs ne seront pas nécessaires : à présent, il y a une petite échoppe avec chaises et tables où vous pouvez vous rafraîchir et les pêcheurs ne pêchent plus mais vous attendent tranquillement au bord de l’eau pour vous faire la traversée, moyennant quelques kyats. Mais celle-ci est agréable et arrivé de l’autre côté, un chemin avec une jolie vue sur la campagne birmane vous fait contourner la grotte pour retrouver l’entrée principale.

Alors que l’après-midi touche bientôt à sa fin, nous allons profiter du coucher de soleil à Kyauk Kalap, une pagode perchée sur un rocher au milieu d’un lac artificiel, totalement improbable !

  • Jour 13 : Retour à Rangoon

Déjà notre dernier jour en Birmanie ! Levés de bonne heure, nous faisons un petit tour au marché du coin avant de prendre notre bus pour Rangoon. Nous arrivons en début d’après-midi à la Thanlwin Guest House, très jolie, très propre et au personnel très sympathique ! Nous n’avons rien prévu, et profitons donc de notre fin de journée à nous balader autour du lac Inya, comme les très nombreux jeunes amoureux birmans que nous croisons bras dessus bras dessous, ce qui nous surprend dans ce pays que l’on a trouvé jusqu’ici plutôt pudique. Le lieu est aussi fréquenté par de nombreux groupes d’amis ; peut-être que l’école internationale ou l’université aux alentours participe de cette jeunesse plus décomplexée. En tous cas, la différence avec des lieux plus reculés comme Hpa-an où nous avons passé les deux derniers jours est saisissante ! Qu’en sera-t-il dans 10 ans, lorsque le pays sera encore plus ouvert et touristique qu’aujourd’hui ? Nous verrons bien mais nous espérons tant la beauté des paysages que la gentillesse et le sourire de ses habitants seront préservés !

Laisser un commentaire

Plus dans Voyages et découvertes
Road Trip au Costa Rica – Eté 2016

Découvrez notre roadtrip pendant trois semaine au Costa Rica. Si t'aimes la verdure, les animaux et prendre de belles photos,...

Fermer